Petit tour au Québec

Cliquer dans les images pour accéder aux sites des villes citées

Carte du Québec


Situé au nord-est du continent américain, la plus grande province du Canada occupe 1 667 926 km². C'est trois fois la France, sept fois le Royaume-Uni et cinquante fois la Belgique. Son territoire s'étend des États-Unis jusqu'aux mers boréales, sur près de 2000 km, et de l'Ontario jusqu'au Nouveau-Brunswick.

Une terre de contrastes : Échancré dans toute sa partie méridionale par le majestueux fleuve Saint-Laurent, un des plus grands fleuves de la planète, le Québec s'enrichit d'une incroyable diversité de paysages : une plaine fluviale féconde, entre le bouclier canadien au nord et les Appalaches au sud, de larges étendues de forêts, de taïga et de toundra, qui se partagent plus d'un million de lacs et des milliers de rivières, soit quelque 180 000 km² d'eau douce.

Les plus hauts sommets du Québec sont les monts D'Iberville (1622 m), situé dans la chaîne des Torngat à la limite du Labrador, et Jacques-Cartier (1268 m), dans le massif des Chic-Chocs en Gaspésie.

Pour voir l'image en plus grand, faire un clic droit, puis "afficher l'image".


Pour découvrir les régions du Québec, cliquer sur ce lien : Québec Original


récolte du sirop d'érableUne légende québécoise le sirop d'érable Dans la cabane à sucre
Recettes québécoises
Drapeau québécoisLa parlure québécoise


Pays Rochelais Québec entretient des relations particulières, soit par un pacte d'amitié, soit par des échanges de jeunes dans le cadre des Intermunicapilités,  avec :

L'Abitibi-Témiscamingue

L’Abitibi-Témiscamingue est une région de l'ouest du Québec. Son économie dépend principalement de l'exploitation forestière, des mines, entre Val-d'Or et Rouyn-Noranda, ainsi que de l'agriculture. D'abord habité par les Amérindiens, le territoire abitibien voit les premières expéditions européennes vers 1670 sous la direction de Radisson, expéditions inhérentes à une stratégie de développement de la traite des fourrures dans la région de la baie d'Hudson et des colonies de la Nouvelle-France. Le Fort Témiscamingue, érigé en un point névralgique sur la berge Est du lac Témiscamingue par un commerçant français en 1720 sur des terres Anicinabées, devient à l'époque un important carrefour pour la traite des fourrures le long de la route de traite de la baie d'Hudson.

La Régionale de Québec-France de La Cuivrée, unie à PRQ par un pacte d'amitié, est dans  cette région.

Ville-Marie

Ville-Marie

La colonisation des terres autour du lac par des familles des régions plus anciennes du Québec conduit à la fondation de Ville-Marie en 1886. Le nom rend hommage à la patronne des Oblats de Marie-Immaculée, communauté religieuse à l'origine de la localité. Ville-Marie est constituée en village en 1897.

Val-d'Or

Val-d'OrVal-d'Or est une ville industrielle et notamment minière de l'ouest . Elle est la seconde ville en importance de l'Abitibi-Témiscamingue .
Son nom rappelle la présence d'or dans son sous-sol. Le toponyme algonquin de la ville est Ozawaconia Odena.

Rouyn-Noranda

Rouyn-NorandaRouyn-Noranda est une ville-MRC et depuis 1966, le chef-lieu avec Ville-Marie de la région administrative de l'Abitibi-Témiscamingue1 à l'ouest du Québec. Rouyn et Noranda furent fondées suite à la découverte en 1917 d'un riche gisement de cuivre sur les rives du lac Osisko.

La Montérégie

La Montérégie, au sud et à l'est de Montréal, s'étend du fleuve Saint-Laurent jusqu'à la frontière des États-Unis. Son nom vient des collines montérégiennes, presque toutes situées sur son territoire. C'est un un vaste territoire champêtre ponctué de collines qui abritent sur leurs versants vergers, érablières et vignobles. La région est bordée par le fleuve Saint-Laurent et traversée par la rivière Richelieu, elle-même jumelée avec le fleuve Charente (jumelage Charente-Richelieu).

La Régionale de Québec-France de Chambly est unie à PRQ par un pacte d'amitié.

Chambly-Vallée du Richelieu

Fort Chambly

La Ville de Chambly (Québec) est située à 28 km de Montréal. Jacques de Chambly partit en 1672 au Canada et y construisit un fort pour défendre les terres conquises aux Iroquois. Les Camblysiens de France ont pu tisser des liens très étroits avec les habitants de Chambly Québec depuis les années 1980.La rivière a été la pierre d'assise du développement de la région. Pendant longtemps, elle fut l'une des principales voies de pénétration pour une partie du territoire québécois, jouant différents rôles. Elle servit d'axe de peuplement; de passage militaire, utilisé par les envahisseurs anglais et américains; d'artère économique pour le transport  des marchandises.
Rivière Richelieu
En 1665, le gouverneur envoi quatre compagnies du régiment de Carignan-Salières pour pacifier la région du Richelieu. Ils s'installent le long de la rivière, non seulement à cause de la beauté du paysage mais également de par la relative sécurité des terres riveraines. Cette sécurité fut assurée par un mouvement de fortifications. Le Fort Saint-Louis, appelé par la suite Fort Chambly, joua un rôle de premier plan. Encore aujourd'hui, le fort se dresse fièrement en bordure des rapides et du bassin de Chambly.

Les Laurentides

Les Laurentides s'étendent sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, près de Montréal.
La région des Laurentides tire son nom de la chaine de montagnes qui la vallonne. Elle s'étire sur un axe nord-ouest, sud-est. La très grande majorité de la population se trouve dans la partie sud, appelé Basses-Laurentides, région assez plate et agricole, et, dans une moindre mesure, dans le centre, appelé Cœur-Des-Laurentides, composé de basses montagnes parsemées de lacs et de forêts petites ou grosses; le nord, appelé Hautes-Laurentides, n'étant guère colonisé, est plutôt boisé et vierge.La région a été majoritairement colonisée par des défricheurs et des agriculteurs canadiens français. La région de Saint-Eustache dans l'extrême sud a été colonisée dès le Régime français, tandis que les territoires un peu plus au nord et à l'est l'ont été au début du dix-neuvième siècle. Le centre de cette région de basses montagnes a été peuplé vers la fin du dix-neuvième siècle.

Saint-Jérôme

Saint-Jérôme
Le territoire où se trouve aujourd'hui la Ville de Saint-Jérôme a été concédé en 1752 par Jacques-Pierre de Taffanel de La Jonquière, marquis de la Jonquière, alors gouverneur de la Nouvelle-France, sous le nom d'Augmentation de la seigneurie des Mille-Îles puis comme la seigneurie de Bellefeuille. Entre le début des années 1760 et le début des années 1840, la seigneurie a appartenu aux familles Dumont, de Lefebvre et de Bellefeuille, résidant à Saint-Eustache, 25 km plus au sud. Ces familles ont concédé des terres à des colons venus principalement de la région nord de Montréal. L'embryon de village portait alors le nom de Dumontville.

Tous les ans, en partenariat avec l'association France Québec, La Ville de La Rochelle facilite le départ au Québec de deux jeunes Rochelais dans le cadre d'un échange international avec Saint Jérôme sous la forme d'un emploi saisonnier de fin juin à fin août dans cette commune de St Jérôme située à soixante kilomètres de Montréal.

La région de Québec

La ville de QuébecQuébec

Québec est la capitale nationale du Québec. Le Parlement du Québec y siège avec la plupart des institutions du gouvernement du Québec. L’arrondissement historique du Vieux-Québec figure depuis 1985 sur la liste du patrimoine mondial établie par l’UNESCO.

Berceau de l'Amérique française, Québec est la principale agglomération urbaine de l’est du Québec. Située au milieu de la zone habitée du Québec, sur les rives du fleuve Saint-Laurent, elle est fondée en 1608. Ayant été la capitale de la Nouvelle-France, du Bas-Canada et, pendant une courte période, la capitale du Canada, la ville est surnommée « la Vieille Capitale ».

L'île d'Orléans

île d'Orléans
C'est l'un des plus anciens lieux de peuplement de la Nouvelle-France. On y découvre des maisons en pierre héritées du Régime Français au XVIIIe siècle et l'église Saint-Pierre, la plus ancienne du pays (1717). Longue de 32 km et large de 8 km, elle compte environ 6 900 habitants, répartis dans 6 villages. L'été, avec la venue des vacanciers ainsi que des travailleurs saisonniers, la population double. L'île reste toutefois un lieu fortement agricole avec de nombreuses cultures (maïs, blé, pommes...) et une partie forestière au milieu.

Le pont de l'île d'Orléans  la relie à Québec.

L'île d'Oléron et l'ïle d'Orléans sont jumelées. Des échanges de jeunes commenceront cet été dans le cadre des Inter Municipalités.


bouton retour